Le Groupe Léopards

mardi, février 25, 2020

Denis Mukwege appelle à la justice pour les victimes des crimes commis à Makobola

- Publicité-

« Il y a 21 ans, au moins 702 personnes étaient massacrées, brûlées dans leurs maisons pour la plupart des femmes et des enfants » déplore le président de la Fondation Panzi.

« Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. Souvenons-nous du Massacre des congolais à Makobola » a tweeté Denis Mukwege avec le hastag #JusticepourMakobola.

Un devoir de mémoire rappelle le chroniqueur Benjamin Babunga Watuna

Le 30 décembre 1998, des populations civiles sont sauvagement massacrées à Makobola, dans le Sud-Kivu, titre Benjamin Babunga Watuna, humanitaire, qui consacre ses soirées à rédiger les faits historiques de la région de Grands-Lacs qu’il partage sur les réseaux sociaux, essentiellement sur dans le groupe Facebook « Et si nous parlions de l’histoire ? » regroupant 47 1000 membres.

« À ce moment-là, la partie est du pays est occupée par la rébellion du RCD. Le 25 décembre, jour de Noël, les militaires rebelles du RCD décident de déplacer leur position de Makobola I (qui se trouve en territoire d’Uvira) vers Makobola II (de l’autre côté de la rivière, en territoire de Fizi). Pour le peuple Bembe, cela constitue une provocation : l’occupation des terres de leurs ancêtres par les « étrangers ». C’est ainsi que le mardi 29 décembre 1998 à 17h, ils enverront un message à la population dans lequel ils annonceront une attaque dans la ville en vue de déloger les militaires du RCD (essentiellement constitués de rwandais) » revient-il sur les faits.

« Et exactement à 17h30, ils attaquent et mettent en déroute les troupes du RCD dont le salut était dans la fuite après avoir perdu certains d’entre eux. Jusqu’au matin du mercredi 30 décembre, les Maï-Maï sont maîtres du village, mais vers 10h, une nouvelle va circuler selon laquelle des renforts de troupes rwandaises sont en route vers Makobola, en provenance d’Uvira. Les Maï-Maï se décidèrent de se retirer du village, regagnant les montagnes qui surplombent Makobola II. C’est alors que les éléments du RCD entrèrent dans Makobola sans y rencontrer une quelconque résistance. Ils se livrèrent à des représailles contre la population civile accusée d’avoir collaboré avec l’ennemi. Ils mirent feu au village entier, tuant environ 612 personnes (dont une grande partie de femmes et enfants), la plupart calcinées dans leurs maisons. »

Le gouverneur de la province du Sud-Kivu à cette époque, (Norbert Basengezi Katintima) minimisera les tueries, s’attaquant sur la voie des ondes à l’église catholique qui avait rapporté ce massacre. Il sera soutenu dans sa version par le président du RCD, le professeur Wamba Dia Wamba qui avait déclaré  »…. dans la nuit du 30 décembre, il y a eu 4 petits bateaux qui portaient des éléments des FDD Burundais qui traversaient du Burundi en direction de Makobola, un petit village qui, selon les données en ma disposition, ne compte même pas 500 personnes. C’est alors qu’ils se sont engagés dans les combats avec nos forces. Beaucoup d’éléments FDD ont été tués et d’autres se sont enfuis » écrit Babunga, appelant à retrouver l’article sur son blog.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) |ICI KIVU

- Publicité -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

EN CONTINU

Accord de paix en Ituri entre le gouvernement et la FRPI: le ministre de la défense confirme l’éminence de la signature

Lors de la réunion extraordinaire du vingt-deuxième conseil des ministres tenue jeudi 20 février à la cité de l'Union Africaine, le ministre...

Ituri: L’armée a réprimé un groupe d’autodéfense à Irumu, au moins 11 morts enregistrés

L'armée a réprimé un groupe d’autodéfense de " Bira" mercredi en chefferie d'Andisoma dans le territoire d'Iruma en province d'Ituri selon...

La province du Nord-Kivu a collecté 965 dollars et 50.700 Francs Congolais au Festival Amani pour Beni

Le gouverneur du Nord-Kivu a pris la décision de profiter de l'engouement du Festival Amani pour lancer une campagne de solidarité dénommé...

Bunia: Un sujet chinois, auteur d’un viol sur mineur à Badengaido, n’est plus en prison, alerte une ONGDH

D'après une Organisation Non Gouvernementale des droits de l'homme basée en province de l'Ituri, ce chinois, exploitant d'Or dans le carré...

Amani Festival : Des personnes en situation d’handicap font une exposition d’instruments musicaux inspirés de la tradition congolaise

Amani Festival : Des personnes en situation d’handicap font une exposition d’instruments musicaux inspirés de la tradition congolaise

à la une

La DGRNK veut désormais chaque mois, atteindre 2 millions de dollars

Ce lundi 24 février 2020, le gouverneur de province du Nord-Kivu a lancé sa première semaine fiscale depuis son élection l’année dernière....

Ebola/Beni: Des femmes interpellées pour avoir forcé des vomissements et diarrhées à leurs enfants afin de bénéficier des vivres

Plusieurs femmes ont été interpellées par le service de l'Etat à Beni le week-end, ces femmes sont reprochées d’empoissonnement de leurs propres...

Attaque d’une jeep Fardc près de Rugare, l’armée rassure ses éléments pour le salaire

Ce jeudi aux environs de 16h 30, des hommes armés non encore identifiés ont attaqué une jeeps des forces armées de la...