Le Groupe Léopards

Sunday, March 7, 2021

Bukavu: “Kokodikoko” condamné à perpétuité pour crimes contre l’humanité

Le 19 novembre 2019, le tribunal militaire de garnison de Bukavu (Sud-Kivu) a reconnu trois ex-miliciens, dont le tristement célèbre chef de guerre Kokodikoko coupable de crimes contre l’humanité apprend ICI KIVU de l’ONG TRIAL

Ces trois miliciens ont écopé de lourdes peines de prison allant de 15 ans à la perpétuité pour le chef de milice, Kokodikoko. Les juges ont notamment retenu les crimes de meurtres, disparitions forcées, torture, violences sexuelles et esclavage infligés sur les populations civiles de plusieurs villages du Sud Kivu.

Les victimes de ces crimes devront bénéficier des réparations financières et des soins médico-sociaux. Plus de 300 d’entre elles avaient été recensées au début du procès, dont la majorité pour des violences sexuelles. Bien que certaines aient renoncé à témoigner pour des raisons sécuritaires, la tenue d’audiences sur les lieux des crimes a largement favorisé leur participation.
 

L’Etat Congolais reconnu responsables pour n’avoir pas protéger les populations civiles”

Tribunal militaire de garnison de Bukavu

Malgré le fait que les accusés appartiennent à des groupes non-étatiques, l’État congolais a également été reconnu responsable. Il devra indemniser les victimes si les trois coupables ne le font pas. Cette decision s’explique par le fait que; “l’armée n’a pas fourni les efforts nécessaires pour prévenir ces crimes, manquant ainsi à son devoir de protéger sa propre population” a indiqué le tribunal militaire de garnison de Bukavu. 

“Cette décision est un pas dans la bonne direction, reste à savoir si elle sera suivie d’effets” s’inquiète Chiara Gabriele, conseillère juridique de TRIAL International à Bukavu. “Des précédents ont montré que l’État était réticent à indemniser les victimes, même lorsque cela est demandé par les juges”.

C’est pour cela que l’ONG TRIAL International poursuit son accompagnement auprès des victimes bien au-delà du procès pénal. “Une justice forte ne se contente pas de punir : elle inclut aussi une dimension de réhabilitation” conclut Chiara Gabriele.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) et Merveilles Kiro (@kiro_merveilles)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

EN CONTINU

Minembwe : « Tous les Congolais méritent l’opportunité de vivre en tranquillité et sans menace des groupes armés » Mike Hammer

Apres le Nord-Kivu, l’ambassadeur des Etas Unis d’Amerique en RDC, Mike Hammer est au Sud-Kivu toujours dans l’Est de la RDC. Ce mercredi 30 septembre,...

Tshopo : “vives inquiétudes” de l’ONG VSV sur la vie de Dismas Kitenge, menacé de mort

Dans un communiqué de presse rendu public lundi 28 septembre 2020, dont ICI KIVU en détient une copie, la Voix des Sans Voix pour...

Sud-Kivu : Deux éléments Maï-Maï du groupe Hamakombo sont poursuivis pour crimes contre l’humanité

Le tribunal militaire de garnison de Bukavu a ouvert le procès contre 2 éléments Maï-maï du groupe Hamakombo, depuis le lundi 28 septembre 2020,...

Goma : le gouverneur Kasivita et Meersschaert ont échangé sur la coopération entre la Belgique et le Nord-Kivu

Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, s'est entretenu, mercredi 23 septembre 2020 à Goma, une délégation du royaume de Belgique conduite par Stefan...

Sénat: Thambwe Mwamba a reçu les députés provinciaux de la Tshopo, porteurs des désidératas liés au développement de cette province

En séjour à kinshasa, depuis près d'un mois, les députés provinciaux de la Tshopo ont apporté sur la table du président du sénat, Alexis...

à la une