Le Groupe Léopards

Friday, February 26, 2021

“Les citoyens de Beni ne sont ni protégés par la Monusco, moins encore par les FARDC”: Martin Fayulu

Pour l’opposant congolais, qui continue à revendiquer sa victoire à la dernière présidentielle, il y a absence totale de l’Etat et cela parce que, selon lui, les dirigeants n’ont aucune légitimité.

“Parce qu’il n’y a pas l’Etat. L’Etat est totalement en faillite, les gens qui sont là n‘ont aucune légitimité et ne peuvent pas assurer la sécurité des citoyens et les citoyens n’obéissent pas au mot d’ordre de ceux qui sont à la tête de ce pays parce que ceux-là ont été nommés et n’ont aucune légitimité” a déclaré Martin Fayulu sur le plateau de la chaine parisienne.

“On revient encore comme d’habitude à l’époque de depuis 1960, les institutions n’ont aucune légitimité et les dirigeants non plus. Alors comment voulez-vous gérer un pays par des gens qui ne sont pas reconnus par la population” a-t-il réagit

Cet opposant congolais, membre de la coalition Lamuka pense tout de même que l’armée est infiltrée que la population ne se sent protégée ni par la Monusco, ni par l’armée d’où elle préfère se révolter.

” Aujourd’hui des violences pour quoi ? Parce que l’armée est infiltrée” s’interroge et se répond-t-il

Au sujet du rejet envers la Monusco, “la mission de la Monusco avait entre autres priorités de protéger les citoyens. Les citoyens aujourd’hui se sentent abandonnés. Ils ne sont ni protégés par la Monusco ni protégés par les FARDC. C’est comme ça que ce peuple à une certaine exacerbation, il ne comprend pas ce qui se passe. Nous comprenons le ras-le-bol des congolais qui disent qu’au sein de l’armée il y a une infiltration” dénonce-t-il.

“Cette armée qui devait s’associer avec la Monusco ne le fait. La Monusco se dit aujourd’hui, comment coopérer avec une armée qui a à son sein des généraux qui font l’objet des sanctions de la communauté internationale, on ne sait pas quoi faire et c’est comme ça que la population demande le départ de la Monusco” a conclu Martin Fayulu.

Pour l’instant les manifestation ont baissé à Beni et Butembo pendant qu’à Goma la population a été dans la rue ce mardi 10 décembre pour dénoncer l’insécurité dans cette ville. Au cours de ces manifestations, la police a tiré à balle réelle sur un jeune manifestant qui est mort sur place, ce qui a réchauffé les esprits de révolte des habitants de Goma. La police a arrêté 3 suspects policiers dont une femme, accusés d’avoir commis ce meurtre. Ils comparaissent à l’auditorat depuis.

Merveilles Kiro (@kiromerveilles)|Icikivu.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

EN CONTINU

Minembwe : « Tous les Congolais méritent l’opportunité de vivre en tranquillité et sans menace des groupes armés » Mike Hammer

Apres le Nord-Kivu, l’ambassadeur des Etas Unis d’Amerique en RDC, Mike Hammer est au Sud-Kivu toujours dans l’Est de la RDC. Ce mercredi 30 septembre,...

Tshopo : “vives inquiétudes” de l’ONG VSV sur la vie de Dismas Kitenge, menacé de mort

Dans un communiqué de presse rendu public lundi 28 septembre 2020, dont ICI KIVU en détient une copie, la Voix des Sans Voix pour...

Sud-Kivu : Deux éléments Maï-Maï du groupe Hamakombo sont poursuivis pour crimes contre l’humanité

Le tribunal militaire de garnison de Bukavu a ouvert le procès contre 2 éléments Maï-maï du groupe Hamakombo, depuis le lundi 28 septembre 2020,...

Goma : le gouverneur Kasivita et Meersschaert ont échangé sur la coopération entre la Belgique et le Nord-Kivu

Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, s'est entretenu, mercredi 23 septembre 2020 à Goma, une délégation du royaume de Belgique conduite par Stefan...

Sénat: Thambwe Mwamba a reçu les députés provinciaux de la Tshopo, porteurs des désidératas liés au développement de cette province

En séjour à kinshasa, depuis près d'un mois, les députés provinciaux de la Tshopo ont apporté sur la table du président du sénat, Alexis...

à la une