Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

l'info en continu

Deux leaders des groupes armés extradés par la RDC ont été présentés par les autorités rwandaises.

- Publicité-

Selon l’agence rwandaise d’information, l’Office rwandais d’Investigation (RIB, Rwanda Investigation Bureau) a présenté aux médias rwandais ce vendredi 17 janvier 2020 les deux leaders d’organisations considérées terroristes par les autorités rwandaises et qui ont été arrêtés par l’armée congolaise lors des opérations de traque des groupes armés à l’Est de la RDC.

Il s’agit de Herman Nsengimana qui a été présenté comme le porte-parole du FLN, branche armée du MRCD, mouvement d’opposition en exil comprenant l’ancien Premier ministre Faustin Twagiramungu et considéré comme terroriste par Kigali.

- Publicité-

Selon la même source, Herman Nsengimana aurait succédé à Callixte Nsabimana à ce poste de porte-parole des FLN, lui aussi déjà arrêté et entre les mains de la justice rwandaise.

Le second est selon ce bureau d’investigation rwandais et a en croire notre source, Théobald Mutarambirwa. Il est un ancien secrétaire général du parti d’opposition non reconnu PS-Imberakuri. Le président actuel du parti, Bernard Ntaganda, Théobald Mutarambirwa aurait quitté ses fonctions en 2010 et contraint à l’exil.

Les enquêtes se poursuivent autour de ces deux hommes que le bureau d’investigation rwandais soupçonne de terrorisme avant qu’ils ne soient transférés à la justice.

Ces deux suspects faisaient partie de 291 membres de groupes armés qui ont été remis au Rwanda par les FARDC (Forces Armées de la RDC) en décembre 2019 par le poste frontière de Ruzizi.

Il a été dit dans les médias que ces personnes avaient été tuées, mais vous êtes ici pour constater que de telles informations étaient fausses”, a déclaré Marie Michelle Umuhoza porte-parole de Rwanda Investigation Bureau.

Merveilles Kiro (@kiromerveilles) / Icikivu.com



- Publicité -

Laisser un commentaire

EN CONTINU