Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

l'info en continu

André Lite à Bunia: « On ne peut pas chaque fois répéter les mêmes bêtises, croire qu’il y aura un pardon pour les crimes réputés internationaux »

- Publicité-

Aussitôt arrivé, André Lite a prévenu, devant la presse, tous les auteurs des crimes en Ituri notamment dans le territoire de Djugu et Mahagi qu’il n’y aura pas d’impunité sous toutes ses formes.

Selon le ministre d’État, ces bourreaux de la paix identifiés à la milice de la coopérative pour le développement de l’Ituri (CODECO) qui ne veulent pas écouter l’unique solution celle du processus de démobilisation pour la paix, seront traités de part leurs exactions commises sur les paisibles citoyens.

- Publicité-

Il n’y aura pas d’impunité envers les auteurs des crimes à caractère international. On ne peut pas chaque fois répéter les mêmes bêtises, croire qu’il y aura par la suite un pardon surtout pour les crimes réputés internationaux. Ceux qui ne veulent pas écouter seront traiter comme les hors la loi. » a dit le ministre André Lite.

Il faut noter que Madame Michelle Bachelet, haut-commissaire aux Nations-Unies pour les droits humains visitera la province de l’Ituri ce jeudi 23 janvier. Elle aura par la suite des échanges avec chef du gouvernement Sylvestre Ilunga et le chef de l’État Félix Tshisekedi.

Dans un récent rapport de l’ONU, le BCNUDH a documenté nombreux cas d’extorsion, de pillages des maisons et écoles ainsi que d’autres violences perpétrées en Ituri.

Le bureau conjoint des Nations-Unies aux droits de l’homme a noté au moins 701 personnes tuées au cours des atrocités interethniques dans le territoire de Djugu et Mahagi.

Serge SINDANI | ICI KIVU

- Publicité -

Laisser un commentaire

EN CONTINU