Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

l'info en continu

« L’Ituri vit une crise humanitaire grave qui nécessite une mobilisation internationale », reconnait le gouvernement provincial

- Publicité-

Plus d’un million deux cent mille déplacés enregistrés dans la province de l’Ituri vivent dans des conditions déplorables. Ce constat a été fait à Radio Okapi lundi 15 juin par les humanitaires et certains membres du gouvernement provincial qui se sont réunis à Bunia. Selon le ministre provincial du plan, la situation humanitaire en Ituri doit être qualifiée de crise humanitaire grave qui nécessite la mobilisation de la communauté internationale et du gouvernement central. Cela en vue de venir en aide à ces sinistrés et pour mettre fin aux groupes armés qui sévissent en Ituri.

D’après des sources sécuritaires de l’Ituri, ces personnes déplacées sont disséminées dans quatre territoires ; Irumu, Djugu, Mahagi et Mambasa où les groupes armés Maï-Maï, CODECO, FPIC (Front Patriotique et Intégrationniste du Congo) ainsi que les rebelles ADF sont quasiment actifs.
Les sources officielles ont affirmé qu’environ un million six mille déplacés vivent dans des conditions très précaires.

- Publicité-

Selon le ministre provincial du Plan, Pascal Kakoraki, se confiant à la Radio Okapi, les humanitaires ont suspendu leurs interventions dans certaines zones particulièrement en territoire de Djugu suite à la persistance de l’insécurité.
Selon toujours lui, « les besoins humanitaires restent énormes et ne correspondent plus aux prévisions des partenaires. »

La réunion de lundi a évalué les besoins de ces déplacés ainsi que les modalités d’intervention.
Les données recueillies serviront d’outil de plaidoyer auprès du gouvernement central et de la communauté internationale, rapporte-t-on.

« Le gouvernement provincial estime que la solution durable à cette crise humanitaire est de neutraliser les différents groupes armés qui continuent à commettre des exactions contre la population. » poursuivent les conclusions de la dite réunion.

Serge SINDANI / ICI KIVU

- Publicité -

Laisser un commentaire

EN CONTINU