Le Groupe Léopards

Saturday, February 27, 2021

Débat sur une probable reprise des cours, les enseignants du Nord-Kivu posent des conditions

Pendant qu’un débat s’alimente sur une probable reprise des cours en RDC, en province du Nord-Kivu, les enseignants n’ont pas la motivation et le courage pour reprendre le chemin de l’école. Icikivu.com, après s’être focalisé sur l’Etat d’esprit des enseignants en cette période, le résultat pousse à croire qu’ils ne reprendront pas le chemin de l’école facilement en cas d’une reprise dans les jours proches.

De la question de prime des enseignants à celle des mesures de prévention de la pandémie de la Covid19, les enseignants craignent pour leur santé et leur survit.

Les mesures de prévention contre la covid 19 non garanties

Le syndicat des écoles conventionnées catholiques soulève plusieurs inquiétudes, pour son secrétaire provincial adjoint au Nord-Kivu, les écoles ne sont pas du tout prêtes à reprendre les cours. Clovis Namegabe dit à ICIKIVU qu’il fallait d’abord rassurer ou donner des garantis des mesures barrières contre la Covid19 dans les écoles.
« Jusque-là les écoles ne sont pas encore désinfectées, les matériels il n’y en a pas non plus, même de l’eau pour le lavage des mains, nous avons des écoles qui n’ont pas d’eau. Et s’il n’y a pas d’eau, il faut acheter mais les écoles n’ont pas aussi d’argent, les écoles secondaires n’ont pas de frais de fonctionnement, pour les primaires c’est insuffisant », a-t-il dit.

Pour Clovis Namegabe, la reprise des cours est hypothétique car même la distanciation sociale va poser problème, « Avec la gratuité, les écoles publiques se sont retrouvées avec une pléthore dans les classes et aujourd’hui si on dit qu’il y aura reprise des cours, on sera obligé de dispatcher les élèves dans différentes salles, et une question se pose ; est ce qu’on va engager d’autres enseignants, ou bien les enfants reprendrons les mêmes leçons dans plusieurs salles ? » s’interroge-t-il.

Qu’en est-il des enseignants non payés et des promesses du gouvernement ?

Au-delà de cette question des mesures barrières, le syndicat national des écoles conventionnées protestantes soulève aussi la problématique de la paye des enseignants. Pour Patient Rafiki, son représentant au Nord-Kivu, si les cours reprenaient, quel sera le sort des enseignants non payés qui , jusque-là ne sont pas encore pris en charge par le gouvernement.

« Nous nous pensons que la prime des parents appartient au passé, les parents qui, avec la situation économique, étaient incapable de prendre en charge ses enseignants non payés avant la pandémie, seront-ils capables de le faire après cette dernière sachant que la situation s’est empirée », a indiqué Patient Rafiki à Icikivu.com avant d’ajouter qu’il s’agira là d’une nouvelle manière de tromper les parents.

Pour lui, il était prévu que le gouvernement règle la question au mois d’Avril 2020, des enseignants non payés et ajouter le deuxième panier « d’ajout au salaire » des autres enseignants et d’ajouter le troisième panier en ce mois de juillet, mais helas, se lamente Patient Rafiki, « rien n’a été fait », déclare-il

« Comme le gouvernement a sacrifié la vie de nos collègues enseignants non payés, nous allons aussi sacrifier cette année et appeler le gouvernement à décréter cette année scolaire, une année blanche », conclut cet enseignant.

2 scénarios pour la reprise de cours ?

Patient Rafiki nous a donné deux scénarios de reprise des cours si le gouvernement répondait aux préoccupations des enseignants. Pour lui, si l’on veut sauver cette année scolaire, on peut reprendre les cours pour 30 jours car sur les 180 jours des cours prévus par l’UNESCO pour qu’une année soit jugée « finie », 150 jours avaient déjà été couverts.

Cet enseignant soulève un deuxième scénario, celui de faire un dédoublement des points du premier semestre des enfants, car selon les règlements « en cas d’empêchement pour maladie, comme c’est le cas aujourd’hui avec la Covid19, si l’enfant avait déjà étudié les trois quart de l’année, on dédouble ses points du premier semestre et on le laisse passer dans la classe supérieur ».

Pour lui ce deuxième scénario est aussi possible mais dans ce cas, les écoliers et élèves de la terminale doivent passer les examens nationaux pour l’obtention du certificat et du diplôme d’Etat. Mais, ajoute-t-il, ses deux scénario ne seront possibles qu’après que le gouvernement aura répondu aux exigences des enseignants.

Augustin Mosange (@mosange1)/Icikivu.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

EN CONTINU

Minembwe : « Tous les Congolais méritent l’opportunité de vivre en tranquillité et sans menace des groupes armés » Mike Hammer

Apres le Nord-Kivu, l’ambassadeur des Etas Unis d’Amerique en RDC, Mike Hammer est au Sud-Kivu toujours dans l’Est de la RDC. Ce mercredi 30 septembre,...

Tshopo : “vives inquiétudes” de l’ONG VSV sur la vie de Dismas Kitenge, menacé de mort

Dans un communiqué de presse rendu public lundi 28 septembre 2020, dont ICI KIVU en détient une copie, la Voix des Sans Voix pour...

Sud-Kivu : Deux éléments Maï-Maï du groupe Hamakombo sont poursuivis pour crimes contre l’humanité

Le tribunal militaire de garnison de Bukavu a ouvert le procès contre 2 éléments Maï-maï du groupe Hamakombo, depuis le lundi 28 septembre 2020,...

Goma : le gouverneur Kasivita et Meersschaert ont échangé sur la coopération entre la Belgique et le Nord-Kivu

Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, s'est entretenu, mercredi 23 septembre 2020 à Goma, une délégation du royaume de Belgique conduite par Stefan...

Sénat: Thambwe Mwamba a reçu les députés provinciaux de la Tshopo, porteurs des désidératas liés au développement de cette province

En séjour à kinshasa, depuis près d'un mois, les députés provinciaux de la Tshopo ont apporté sur la table du président du sénat, Alexis...

à la une