Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

Notice: Trying to access array offset on value of type bool in /home/pm/public_html/wp-content/plugins/td-cloud-library/state/single/tdb_state_single.php on line 275

l'info en continu

RDC: face aux exactions à outrance dans l’Est, la fondation « Kinalegu » plaide pour le déploiement d’un arsenal militaire conséquent

- Publicité-

En marge de la Journée internationale de la démocratie célébrée le 15 septembre de chaque année, la fondation « Kinalegu », une ONG pour la promotion de la paix et des droits humains, a dénoncé de vive voix « des actes de cruauté » dont sont victimes les populations vivant dans l’Est de la RDC.

Dans une déclaration lue devant la presse de Kisangani dans la province de la Tshopo et exploitée par ICI KIVU, la fondation Kinalegu rappelle que, depuis plusieurs mois, les populations de cette partie du pays continuent à subir de multiples exactions avec des pertes énormes en vies humaines.

- Publicité-

« Des centaines de personnes, civiles et hommes en uniforme ont péri des mains des assaillants ces trois derniers mois. Des images insupportables et cruelles circulent sur les réseaux sociaux, où les populations sont massacrées comme des bêtes dans l’abattoir. Exactions perpétrées par les présumés ADF, CODECO et la milice Chini ya Kilima », dénonce-t-elle.

Et d’ajouter :

« Sur ces photos, on peut voir certains corps décapités, les enfants pendus sur les arbres, les femmes égorgées et des images avec des enfants assis sur les cadavres de leur mères.
Toutes ces exactions endeuillent les familles et continuent à détruire le tissus économique de la région, réduisant ainsi les ménages à une misère sans nom. Cette situation fait de nos populations des prisonniers libres car interdits de tout mouvement. Et ce, au vu et au su des autorités nationales et internationales ».

Eu égard à ce qui précède, la fondation Kinalegu (FK) interpelle le gouvernement et l’invite à prendre ses responsabilités en ce jour où le monde entier célèbre la journée de la démocratie, une journée constituée de « plusieurs valeurs et éléments essentiels », notamment, le respect des droits humains, la liberté d’expression, d’association et de libre circulation des personnes et de leurs biens.

Dans cette même option, la FK exige du gouvernement congolais et de la communauté internationale toute leur implication pour mettre un terme aux tueries.
Elle plaide en même temps pour le déploiement « d’un arsenal militaire conséquent » pour non seulement éradiquer ces crimes mais aussi pacifier l’Est du pays et ainsi permettre aux populations de retrouver leur sourire d’antan et de vaquer librement à leurs occupations.

Cette fondation est issue d’un abbé du diocèse de Dungu Doruma, Benoît Kinalegu, décédé en avril 2016. Il fut activiste des droits de l’homme et directeur de la commission diocésaine Justice et Paix.

Il a passé une bonne partie de sa vie à dénoncer les violations des droits humains, notamment, les massacres de la LRA dans le Bas-Uelé, précisément à Ango ainsi qu’à Bambesa et dans le Haut-Uelé à Dungu et Faradje.

La fondation Kinalegu œuvre, dans un premier temps, dans la grande province Orientale démembrée.

Serge SINDANI

- Publicité -

Laisser un commentaire

EN CONTINU