l'info en continu

État de Siège: Une stratégie de maintien de la Monusco ? (Opinions)

- Publicité-

Depuis quelques mois, le président de la République avait décrété l’État de siège, dans deux provinces contiguës en proie aux théâtres de massacres, notamment dans l’Ituri et le Nord-Kivu.

Cependant, si le gouvernement note plusieurs « succès » sur les avancées dans la pacification et la restauration de la paix dans cette région Est du pays, nombreuses opinions estiment la situation s’empire. Et aussi, l’État de siège restreint « certaines libertés » alors que la population du Nord-Kivu et de l’Ituri protestait contre la Monusco au regard de sa « passivité » tant dénoncée.

- Publicité-

Loswire Shabani est militant de la LUCHA. Approché par ICI KIVU, cet activiste pro démocratique n’entrevoit aucun succès et estime que l’État de siège viserait à maintenir la Monusco dans ce coin.

« Plus d’un mois de l’Etat de siège, rien de positif n’est observé, bien au contraire le calvaire continue, la monusco est toujours passive pourtant le vœu de la population est de voir cette dernière dégagée. Sans parler d’une quelconque coïncidence, la visée de l’Etat de siège est pour une part faire vivre la population victime des atrocités dans l’espoir (pendant que le vrai problème est ailleurs) et d’autre part protégée la MONUSCO (déniée jusqu’à présent par la population). » évoque ce militant sur ICI KIVU.

« Depuis 2019, la population du Nord-Kivu et de l’Ituri exprime son ras-le-bol face à l’inaction des forces onusiennes par des manifestations pacifiques sous plusieurs formes ; qui, généralement sont violemment réprimées par l’armée nationale, la police, et la monusco elle-même. Bien que seul, le départ de la monusco peut enchanter la population du Nord-Kivu et de l’ituri ; les décideurs n’agissent (En terme de prise en compte des revendications issues du souverain primaire), bien au contraire, ils arrêtent, torturent et condamnent (voir même tués par balles réelles les résistants) ceux osent persévérés dans ce combat. » ajoute-t-il.

Pour Loswire Shabani, comme toute flatterie politicienne, « l’Etat de siège n’est aucunement la réponse aux maux qui détruisent les deux provinces, mais plutôt une panacée imposée au président de la République pour maintenir forcément la Monusco et freiner la démarche anticipée par la population de ces deux provinces, laquelle démarche consistait à suspendre toutes les activités jusqu’au départ effectif de la Monusco. »

« Pour la vie de nos semblables, il est irresponsable de n’est tenir rigueur. L’Etat de siège est bel et bien là mais les gens meurent, En seulement presque deux mois d’Etat de siège plus de 100 personnes ont douloureusement perdues la vie, sous observation de la monusco au Nord-Kivu et l’ituri. Nous n’avons qu’à choisir donc entre vivre sous une flatterie (Etat de siège) pour nous peuple et un silence. » martèle Shabani, militant de la LUCHA, un mouvement citoyen non partisan et non violent.

Serge SINDANI

- Publicité -

Laisser un commentaire

EN CONTINU